Le plus long des voyages commence toujours par un premier pas

L’Oxymore

J’ai rencontré Christel lors d’une exposition dans la région. Nous étions « voisines de stand » et nous avons un peu papoté (beaucoup ?… c’est bien possible…). C’est à cette occasion que j’ai proposé à Christel de lui consacrer un article sur mon blog. Voilà, c’est chose faite… Christel a eu la gentillesse de répondre à mes questions. Mais qui est donc Christel et que fait-elle ? Vous saurez tout en lisant ce qui suit…

 

Bonjour Christel, quel est ton métier ?

Je suis « artiste polymériste« . C’est un mot pour désigner un créateur qui travaille la « pâte ou argile polymère ».

 

Parure pendentif et boucles d’oreilles en argile polymère résinée. Travail d’embossage motif coquillages, modelage de coraux et algues en appliques.

 

 

 

 

L’Oxymore… joli nom pour ta marque mais pourquoi ce choix original ?

Le choix du nom L’Oxymore (anciennement « Cookie Chic » pour ceux qui me connaissaient sous ce nom) est dû au fait que je suis pleine de contradictions et que j’aime associer aussi bien des thèmes que des médiums et matériaux qui quelquefois ne sont pas censés aller ensemble… Comme le thème des fées et dragons avec les bijoux plus « classiques » ou de style « bohème chic ».

 

Peux-tu en dire un peu plus sur l’argile polymère ?

L’argile polymère est apparue en Allemagne dans les années 1950, cette pâte était destinée aux fabricants de poupées souhaitant modeler les visages, les mains et les pieds de leurs créations. La pâte polymère est un dérivé du chlorure de polyvinyle.
Elle est souple et malléable et convient tout à fait à l’élaboration de formes et de volumes. Elle polymérise, c’est à dire qu’elle durcit définitivement après une cuisson de 30 à 60 minutes entre 110 et 150°C
Avant cuisson, les couleurs peuvent être travaillées dans la masse.
Il est possible de réaliser des dégradés de couleurs, et les couleurs sont miscibles entre elles pour créer de nouvelles teintes.

 

Collier « Oie » qui montre bien le travail de la « cane ». C’est la création d’un motif par juxtaposition des couleurs d’argile polymère transversalement dans un boudin appelé « cane », que l’on peut trancher et modeler ensuite pour la création. On peut associer plusieurs canes comme c’est le cas dans ce collier avec la cane « oie » et plusieurs canes « fleurs ».

Sur mes bijoux, aucun motif n’est peint, tout est en argile polymère.

 

Le polymériste travaille la pâte polymère en lui appliquant de nombreuses techniques qui permettent d’obtenir différents effets autant que de réaliser diverses imitations (mosaïque, marqueterie, céramique, acier brossé, tissus…) Il faut de nombreuses heures pour réaliser une pièce élaborée et compter parfois plusieurs cuissons au four.
La passion de la polymère nous amène également à y inclure ou associer de nombreux autres matériaux comme les pierres gemmes ou fines, les micas, les perles, les feuilles d’or ou d’argent, les coquillages.

 

 

Parure « Dhalia », collier torque en inox avec médaillon central en argile polymère. Travail de « cane », modelage et poudre de mica. Bracelets manchettes assortis.

 

 

 

 

D’où vient ton inspiration ?

Mon inspiration vient beaucoup de la nature, de la mer… on retrouve souvent des motifs de feuillages, de coraux, des poissons, etc. parmi mes créations, la couleur bleue est très présente. Mais j’aime aussi (c’est mon côté « oxymorien ») les univers fantastiques et oniriques, étant une grande fan de littérature de science-fiction.

 

Une partie de mon univers « onirique », qui comprend des dragons, des maisons, villages et portes de fées… Ici un village à plusieurs niveaux, monté sur un galet de granit 100 % breton ! (le galet)

 

 

 

 

Quels sont tes projets ?

Mon projet actuel est de poursuivre mon travail de la polymère en association avec de nouveaux matériaux, plus « riches » afin de créer une ligne « haut de gamme » pour les boutiques. J’ai commencé à travailler avec des pierres fines (turquoises, labradorites, lapis lazulis, etc.) de la soie, du cuir… sur des pièces brodées de perles japonaises Miyuki, tout en conservant bien entendu la pièce centrale en polymère, ce qui est la base de mon activité.

 

C’est un collier qui fait partie de mes toutes dernières créations, travail de la polymère pour le fond figurant la forêt, recouvert de résine. Application d’une chouette sculptée. Travail de broderie de perles de verre japonaises Miyuki, avec ajout de 2 cabochons de cornaline et de quelques plumes naturelles. Finition arrière cuir noir.

 

 

Où peut-on te rencontrer et découvrir tes créations ?

Voici quelques expositions où je serai présente :

– 20 mai : Expo à « L’atelier au jardin  » à Runan

– 28 juin au 8 juillet : Expo à « La Galerie » à Etables-sur-mer

– 21 au 29 juillet : Expo à « L’Hermine » (petite salle) à Plouha

– 30 juillet au 12 août : Expo à Tréguier

– 25 et 26 août : Marché artisanal Aval Treger de Ploumilliau

– 17 et 18 novembre : Salon des Métiers d’Art de Saint-Quay-Portrieux

On peut également découvrir mon travail sur ma page Facebook

Et depuis peu, j’ai ouvert une boutique sur le site Un Grand Marché.

 

Merci Christel d’avoir pris sur ton temps précieux pour répondre à toutes ces questions. Je te laisse retourner à tes créations. Fais-nous encore rêver…

Quand à vous, chers lecteurs, j’espère qu’on vous aura donné l’envie d’en découvrir plus sur L’Oxymore et pourquoi pas, de craquer pour ces magnifiques réalisations pleines de fantaisie.

 

Pour joindre Christel :

Via sa page Facebook, en MP

Par mail : chrismevel@yahoo.fr

Facebooktwittergoogle_pluspinterestmail

2 Responses so far.

  1. Michel GAILLARD dit :

    Pour le papotage c’était beaucoup. Je confirme 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *