Rien ne sert de posséder si tu ne sais pas partager - Proverbe gitan

Home » Bons baisers de l'Ile Grande » Le jardin à la loupe

Le jardin à la loupe

Je vous invite à faire une visite originale au jardin, le nez à la hauteur des herbes, une loupe à la main. Prêts ? Allons-y… Telle une petite fourmi, nous allons découvrir les différents coins de ce vaste espace coloré.

Attirés par une subtile odeur printanière, nous nous dirigeons tout naturellement vers les œillets.

Mmmm… Quand je parle de petite fourmi, en voilà une qui se propose de nous accompagner en jouant le guide. Voilà qui est parfait.

Tout près de là, nous croisons un charmant ami et voisin à elle, qui ne nous voit même pas passer tellement il est occupé.

– Laissons-le à ses occupations, dit la fourmi, ne le dérangeons pas. Pour notre part, une belle balade nous attend.

Plus loin, alors que la fourmi semble très enthousiaste, nous regardons tout autour de nous, un peu déçus. Nous nous trouvons au milieu d’une verdure, heu… comment dire… toute verte ! Pas une fleur à l’horizon, pas une couleur autre que ce vert. Nous qui rêvions de jardin multicolore… Depuis que nous avons quitté les œillets, le vert s’impose obstinément. La fourmi se moque un peu de notre moue.

– Regardez mieux. N’ayez pas peur, approchez-vous… Le jardin regorge de trésors si vous prenez le temps de l’observer. Vous voyez tous ces verts différents ? Ces plantes aux allures variées ? Sentez toutes ces odeurs. N’est-ce pas merveilleux ?

 

– Passez vos doigts sur les douces queues de lièvres. Mais attention ! Ne vous approchez pas trop près de la succulente qui vous piquerait le bout du nez !

  

Patiemment, en nous encourageant à utiliser notre loupe, la fourmi nous fait découvrir des détails que nous n’avions pas vus. Nous n’en revenons pas. Même ces feuilles qui, au départ, nous paraissaient vertes, sont en fait délicatement ourlées de rouge… Magnifique !

 

Quand nous atteignons les premières fleurs blanches, des pâquerettes, nous sourions à l’idée que nous les croisions quotidiennement en les foulant de nos grosses chaussures, sans même un regard. Aujourd’hui, tout est différent. Nous sommes émerveillés devant leur finesse.

Quelques fleurs jaunes retiennent notre attention. Loupe en avant, allongés dans l’herbe (verte, évidemment), nous détaillons chacune d’entre elles.

– Oxalis et pissenlit, précise la fourmi.

 

Un peu à l’écart, dans un carré tout propret, nous tombons nez à nez avec des fleurs pleines de promesses.

 

– Oui, oui, je sais bien que vous salivez rien qu’en pensant aux belles fraises que vous allez bientôt manger. Mais ne rêvez pas trop… De nombreux habitants du jardin salivent aussi. Et eux guettent en permanence. Au moindre signe de mûrissement, ils seront tous là, avant vous ! L’oiseau vorace bien sûr, mais aussi… tiens, regardez-le là-bas, bien camouflé sous les feuilles de l’agapanthe…

– Et puis, ne le prenez pas mal mais je ne me refuse pas une petite visite dans les fraisiers quand la saison est propice à une dégustation de bon jus sucré…

La fourmi nous emmène ensuite dans un lieu plus coloré, avec ses petites fleurs de valériane et cette drôle de plante qui nous regarde avec de grands yeux, les oreilles dressées, tel un lièvre à l’affût.

 

– Une fleur de cymbalaire des murs, nous informe la fourmi.

Et plus loin, avec ses boutons poilus et ses fleurs d’un bleu si particulier , c’est la bourrache qui nous émerveille. 

 

Avant de terminer le tour du jardin, la fourmi tient absolument à nous montrer, au bord de l’allée, enracinée sous le gravier, une plante à l’apparence fragile qui donne de toutes petites fleurs rouges. La loupe nous est d’un grand secours pour observer cette beauté.

Mais quelle est donc cette fleur ?

– C’est une fleur de mouron. Mais si ! Vous savez, cette « mauvaise herbe » que vous arrachez obstinément et qui, pour mon plus grand bonheur, repousse avec le même entêtement.

La fourmi rit de bon cœur.

– Il se fait tard maintenant. Je vais aller retrouver ma famille. J’espère que la promenade vous a plu et qu’elle vous permettra de regarder votre jardin avec un regard différent.

Merci, Madame la Fourmi, pour ce merveilleux dépaysement. Merci de nous avoir ouvert les yeux sur ces petits détails qui font d’un jardin un fabuleux trésor…

 

Facebooktwittergoogle_pluspinterestmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *